Vous êtes ici : Loi Duflot » Actualités Loi Duflot » Projet de Loi Duflot » Projet immobilier locatif : tout sur la défiscalisation

Projet immobilier locatif : tout sur la défiscalisation

rotterdam-1199440_960_720Loi Pinel, Loi Censi-Bouvard, Loi Malraux… nombreux sont les dispositifs de défiscalisation immobilière auxquels peuvent prétendre les contribuables pour effectuer un investissement locatif ou une rénovation. Mais comment fonctionne réellement la défiscalisation et quels sont les dispositifs actuellement en vigueur ?

Principes et fonctionnement de la défiscalisation en immobilier

La défiscalisation immobilière est une solution de réduction d’impôts instaurée par l’État depuis quelques années maintenant, qui a pour but de faciliter l’accession à la propriété des contribuables et par la même occasion, de maintenir le secteur de la construction. Perpétuellement actualisée pour s’adapter convenablement au contexte économique, social et immobilier du moment, elle s’adresse exclusivement aux investissements locatifs et à la restauration du patrimoine architectural. Tous les contribuables habitant sur le territoire national peuvent prétendre à ce dispositif afin de se constituer un patrimoine immobilier intéressant. Dans cette optique, il faudra contracter un prêt immobilier équivalent au montant total de l’investissement soit donc un prêt qui couvre à la fois le prix d’achat du bien et les frais y afférents (frais de notaire, frais de dossier…). Vous pouvez faire une simulation crédit immobilier en cliquant sur ce lien, pour voir si votre capacité d’endettement vous permet ce genre d’investissement. Dans le cas d’un investissement locatif recourant à la défiscalisation immobilière, les intérêts d’emprunts peuvent être déduits des loyers perçus, autrement dit l’investisseur ne paie pas les intérêts d’emprunts. Et si un sinistre, c’est-à-dire un décès ou une invalidité, survient, l’assurance se substitue à l’emprunteur et s’acquitte des remboursements restants.

Les différents dispositifs de défiscalisation en vigueur

Que ce soit dans le neuf ou dans l’ancien et que la location soit libre ou régie, il existe plusieurs formules de défiscalisation immobilière.

 

Le plus populaire de ces dispositifs de défiscalisation est très certainement la loi Pinel qui est dédiée aux constructions neuves. Elle ouvre droit à un abattement fiscal variant de 12 à 21 % du montant de l’investissement. Toujours dans le neuf, il y aussi la loi Censi-Bouvard qui est propre aux investissements locatifs dans les résidences de tourismes. Elle permet une réduction fiscale de 11 % du coût de l’investissement ainsi qu’une récupération de la TVA. Par ailleurs, il est aussi possible de défiscaliser avec les régimes LMNP et LMP (loueur meublé non-professionnel et professionnel) pour les locations meublées. Grâce à ces types de défiscalisations dont le statut est défini par le montant des revenus locatifs, l’investisseur peut percevoir des loyers nets d’impôt.

 

Pour un investissement locatif dans l’immobilier ancien à rénover, la loi Malraux propose une déduction fiscale de 30 % du coût total des travaux de rénovation dans la limite annuelle de 100 000 €. Dans le cas où le bien est classé Monument historique, les frais de rénovation pourront être déduits des revenus locatifs et l’investisseur sera exonéré de frais de succession.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *